Jean-Louis Aubert

 

L'habit de lumière, véritable seconde peau coûte entre 2.800 et 6.000 euros.

Faite à la main, cette tenue est un véritable travail d'orfèvre,

un symbole à la fois pour l'artisan et pour le matador qui la revêt.

Une veste : la chaquetilla. Un gilet : le chaleco. Le pantalon, la cravate, la ceinture...

chaque pièce est personnalisés pour chaque matador.

Il faut en moyenne une dizaine de petites mains et un mois et demi de travail.

 

Le plus époustouflant des spectacles crée la beauté la plus éphémère,
née de la communion fugace de l'homme et du taureau.
Ces photographies suggèrent les émotions, révèlent le vécu intime d'hommes d'exception,
les toreros, essayent d'éclairer le mystère qui se déroule sous nos yeux " a los cincos de la tardé "
dans la diversité des arènes et accompagnent les multiples séquences de la corrida.
Les textes transcrits d'entretiens avec deux amis toreros, Denis Loré et Stéphane Fernande Meca,
sont authentiques, dignes et chaleureux, à l'image de ces hommes extraordinaires.
Cet ouvrage est un chant d'amour pour un art de l'extrême où les corps et les âmes
se livrent sans concession, où la parole libérée des toreros apporte cette part de vérité
qui n'appartient qu'à ceux qui affrontent la mort.

rêves de lumières

Ref : BI11LBR22JAE003