Comment les vignerons français ont sauvé leurs trésors des nazis

 

Don et Petie Kladstrup

 

Près d'un million et demi de bouteilles : tel est le butin prélevé par les hauts dignitaires du Reich,

Goering en tête, parmi les meilleurs crus français entre 1940 et 1944.

Comme les musées et les galeries d'art, le vignoble français a été littéralement pillé.

Pourtant, la guerre du vin a bien eu lieu, grâce à des vignerons qui ont dépensé

une ingéniosité sans pareille pour sauver une partie du trésor.

Ce sont ces histoires que racontent Petie et Don Kladstrup, après quatre ans d'enquête

dans les vignobles, sur le terrain même.

On apprend comment le propriétaire de romanée-conti bâtit de fausses cloisons

pour cacher ses vins, comment Gaston Huet préféra boire ses prodigieux vouvray

plutôt que de les céder aux Allemands, ou encore les aventures rocambolesques

de René Couly à Chinon, les angoisses des Lencquesaing à Pichon-Lalande.

Cette résistance au ras des treilles, parfois cocasse lorsqu'il s'agit de négocier

avec les acheteurs du Reich, se durcit quand l'avenir du port viticole de Bordeaux est en jeu ;

elle atteint même la grande histoire le jour où un vigneron français

Bernard de Nonancourt, a le privilège

d'entrer le premier dans la caverne d'Ali Baba cachée sous le Nid d'aigle de Hitler

et y découvre, entreposées par le maître du Reich, 18 000 bouteilles : l

a cave idéale, le rêve impossible de tout amateur.

Un récit de vie exceptionnel.

la guerre et le vin

vins : Rothschild, Lafit, moutons

Champagnes : Krug, Bollinger, Moët, Piper-Heidsiek, Pommery, Lanson

 

Ref : BI11LEC22DKP008